Visualiser les champs électromagnétiques autour de mon ordinateur portable

ˬ˯v  ᐯ   ˅ˇ⌣ᘁ᥎ᨆ⏝ࡍ⩗ᨆ⌣˘ˬ᥎ᐯᨆ⌣ᘁ⩗ᨆࡍ˯

Ce message est issu de Mésange, ma lettre éphémère que j’envoie chaque dimanche, d’octobre 2022 à mars 2023. < Précédent | Suivant >

Il y a un peu plus d’un an, j’ai commencé à étudier les champs électromagnétiques, après avoir réalisé que j’étais devenu électrosensible. Nous habitions encore dans un petit appartement à Taipei, Taïwan.

J’ai découvert que j’étais encerclé par de nombreux champs électromagnétiques toute la journée, et qu’ils avaient parfois de drôles de comportements. J’ai eu envie d’essayer de les visualiser, pour me familiariser avec ces choses invisibles, pourtant bien réelles.

J’ai commencé mon exploration autour de mon outil de travail principal : mon ordinateur portable. J’ai mesuré les rayonnements électromagnétiques, les champs électriques, et les champs magnétiques.

J’ai dessiné ce que j’ai mesuré. Et voici ce que j’ai trouvé.

Visualiser les rayonnements électromagnétiques dans notre salon

Ok, Lénaïc, allons voir à quoi ressemblent les champs autour de l’ordinateur, qui est en veille et débranché.

Image commentée montrant des radiations électromagnétiques, des champs électriques et des champs magnétiques dans un salon, représentés en nuances de couleurs. Les radiations sont dominantes, créant partout une sorte de brouillard orange.

Oula, vous voyez ce que je vois ? Cette belle brume orangée partout dans le salon ? Que se passe-t-il ici ? De quelle sorte de brume peut-il s’agir ?

Je vérifie mon détecteur de champ électromagnétique. Il dit que cela représente les rayonnements électromagnétiques. C’est bizarre, aucun appareil dans notre appartement n’émet aucune radiation. L’ordinateur est en veille, nos téléphones sont en mode avion, et le Wi-Fi est éteint.

Je me déplace avec mon instrument de mesure, comme un chien traquant une odeur jusqu’à sa source.

Après quelques instants, je comprends : cette brume vient de nos fenêtres ! Depuis le 8e étage d’un immeuble, notre appartement offre une vue imprenable sur la ville. Une agréable sensation d’ouverture, sans obstacle. Le problème d’une telle ouverture, bien sûr, c’est que de majestueuses tours de téléphonie cellulaire en profitent pour irradier joyeusement notre salon.

Je me demande quel niveau de rayonnement je reçois quand je travaille ici, au milieu de la pièce. Je place l’instrument de mesure à peu près là où ma tête se trouverait : ~10 milliwatts par mètre carré (mW/m2) avec des pics à ~15.

Est-ce un problème ?

Je jette un œil à la notice d’utilisation du détecteur. Je lis : “d’après nos recherches, aucun problème n’a été signalé du fait d’une exposition à des niveaux inférieurs à une moyenne de 0.2 mW/m2 et des pics à 1 mW/m2”.

Oh ! Les valeurs moyennes au niveau de ma tête sont ~50 fois plus élevées, avec des pics ~15 fois plus élevés. Pas étonnant si j’ai commencé à ressentir des symptômes bizarres ?

Si cela ne vous gêne pas, je vous propose qu’on enlève cette brume, je commence à me sentir un peu, disons, brouillé ! Concentrons-nous sur les deux autres éléments de la pollution électromagnétique : les champs électriques et les champs magnétiques.

Si vous souhaitez approfondir la compréhension des rayonnements électromagnétiques, j’ai écrit un autre article dans lequel je recherche des endroits peu exposés à Taipei.

Visualiser les champs électriques et magnétiques

Photo commentée d'un chargeur d'ordinateur portable et d'un ordinateur portable tous deux débranchés. Il y a un champ électrique autour d'une prise de courant, et de faibles champs électriques et magnétiques fluctuants autour de l'ordinateur portable, en raison du la pollution électromagnétique ambiante.

Ah, c’est nettement mieux.

Mais, attendez, voyez-vous le champ électrique autour de la prise murale ?

Quelle drôle de forme… Je ne savais pas qu’il y avait un truc qu’on appelle champ électrique autour de chaque prise de courant sur cette planète. Quelle découverte !

Je me demande à quelle intensité de champ je me retrouve exposé quand je m’assois contre une prise électrique. D’après mon instrument de mesure, le champ est supérieur à 1000 volts par mètre (V/m) très proche de la prise, puis décroit jusqu’à des valeurs indétectables à ~20 cm du mur.

Est-ce un problème ?

Je jette un œil à la notice d’utilisation. Je lis : “d’après nos recherches, aucun problème n’a été signalé du fait d’une exposition à des niveaux inférieurs à 50 V/m”.

Je vois. Je ferais mieux de garder mes distances avec les prises électriques. 10-20 cm de distance semble suffisant.

Maintenant, voyez-vous aussi des sortes de fluctuations sur l’ordinateur ? Je note quelques champs électriques et quelques champs magnétiques.

Pourtant, mon ordinateur est en veille et débranché. Comment cela est-ce possible ?

Après un moment d’incrédulité, je comprends : la coque en métal de l’ordinateur se comporte comme une antenne. Cette brume électromagnétique — aussi appelée ondes de radio fréquence — atteint l’ordinateur et transfert son énergie aux électrons de la coque en métal. Les électrons se déplacent un peu aléatoirement, ce qui engendre des champs électriques et magnétiques fluctuants.

Avez-vous aussi remarqué que les champs électriques et les champs magnétiques ont l’air très différents des radiations ? Contrairement aux radiations, qui voyagent en ligne droite, un champ a une forme. C’est pourquoi on l’appelle un champ, car c’est une sorte d’aura qui entoure les objets.

Visualiser les champs électriques autour d’un câble branché

Ok, Lénaïc, maintenant, branchons le chargeur dans la prise murale et regardons ce qui se passe.

Photo commentée d'un chargeur d'ordinateur portable branché sur une prise électrique murale. Le fil du chargeur, et le transformateur du chargeur sont instantanément entourés d'un champ électrique représenté par une sorte d'aura violette.

Magnifique ! Une sorte de serpent extraterrestre violet qui aurait avalé quelques formes géométriques.

Le champ électrique se prolonge à partir de la prise, le long du câble, s’élargit, puis se contracte, puis s’élargit de nouveau autour du transformateur, et s’arrête finalement au bout du câble.

Il y a quelque chose d’étrange, cependant. Je n’ai pas branché le câble à l’ordinateur. Les électrons ne bougent donc pas dans le câble. Comment est-ce possible qu’un champ électrique apparaissent si les électrons ne bougent pas ?

Là, je dois admettre que je ne suis pas encore capable d’expliquer clairement ce phénomène. Mais c’est effectivement ce qui se passe : dès que je branche un câble dans une prise murale avec le courant alternatif, un champ apparait instantanément tout le long du câble, que l’appareil au bout du câble soit allumé ou éteint.

Bon, alors, il paraît évident que dès que je n’utilise pas un câble, c’est tout simplement mieux de le débrancher.

Et maintenant, que se passe-t-il si je branche le câble à l’ordinateur ?

Visualiser les champs électriques et magnétiques quand je charge mon ordinateur

Photo commentée d'un chargeur d'ordinateur portable branché sur une prise électrique murale. Le fil du chargeur, et le transformateur du chargeur sont toujours entourés d'un champ électrique. L'ordinateur portable est aussi instantanément entouré par le champ électrique. Le seul élément qui semble neutraliser le champ est la connection à la terre : le champ ne se prolonge pas jusqu'aux carreaux et aux murs.

Oh ! Décidément, je ne suis pas au bout de mes surprises…

Tel un serpent avide, le champ électrique s’est maintenant étendu plus loin, a capturé mon pauvre ordinateur, et même phagocyté la boite en carton sur laquelle repose l’ordinateur. Quel serpent gourmand, même le carton dis-donc.

Alors, que se passe-t-il ?

J’essaie différents arrangements, et je finis par réaliser ce qui se passe : un champ électrique apparaît le long d’un câble branché, s’étend à tous les objets autour, qu’ils soient conducteurs ou non, enveloppe même les corps humains, jusqu’à…

… jusqu’à quoi ? Une seule chose semble capable de neutraliser un gourmand champ électrique. Vous avez vu ?

Le sol.

Sur la photo, le champ électrique est étroit quand le câble touche le sol, mais s’élargit quand il est en l’air. Il s’étend jusqu’à l’ordinateur, et même jusqu’au carton dessous, mais il s’arrête quand il atteint le sol, sous le carton.

Et c’est ainsi que, suite à cette prise de conscience, ma vie fut changée à tout jamais. J’allais développer cette nouvelle obsession : Tout brancher à la terre. Y compris moi-même.

Mais, il y a encore quelque chose de nouveau sur la photo, n’est-ce pas ?

Un champ magnétique entoure le transformateur. C’est à cause de la bobine de cuivre à l’intérieur. La bobine transforme le courant alternatif de 110 volts de la prise électrique (à Taïwan) en un courant continu de 15 volts pour charger la batterie de l’ordinateur. Le mouvement des électrons dans une bobine engendre automatiquement un champ magnétique.

Je me demande à quelle magnitude de champ je suis exposé, si, disons, j’emmêle mes pieds autour du transformateur tout en travaillant sur mon ordinateur. D’après mon instrument de mesure, le champ est supérieur à 100 milliGauss (mG) très proche du transformateur, puis décroit jusqu’à des valeurs indétectables à ~20 cm du transformateur.

Est-ce un problème ?

Je jette un œil à la notice d’utilisation. Je lis : “d’après nos recherches, aucun problème n’a été signalé du fait d’une exposition à des niveaux inférieurs à 3 mG”.

Je vois. Bon, et bien je ferais bien de garder aussi mes distances avec les transformateurs. 10-20 cm de distance semble suffisant.

Quelles découvertes.

Je suis sur le point d’envoyer cette lettre, quand je réalise soudain : Combien d’autres choses subtiles sont là, autour de moi, maintenant ? Je ne les vois pas, je ne suis même pas au courant de leur existence. Pourtant, elles peuvent avoir des impacts négatifs ou positifs, sur moi. Ici et maintenant.

La méthode que j’ai utilisée pour réaliser cette expérience

Comment j’ai fait les mesures

J’ai utilisé un Trifield modèle TF2. J’ai mesuré les valeurs (non pondérées) de radio fréquences, champ électrique, et champ magnétique, à différentes distances de la prise murale, du câble, du transformateur, de l’ordinateur.

Le corps humain influence la forme des champs électriques, et absorbe une partie des ondes électromagnétiques. Donc, j’ai toujours tenu le détecteur de la même façon, et j’ai reproduit les mesures plusieurs fois — “réplicats expérimentaux” — pour m’assurer que j’obtenais des résultats consistants.

Dès que je comprenais la forme des champs, je dessinais les points mesurés sur la photo (cette valeur à cet endroit). Puis, je liais les points les uns aux autres par des lignes, afin de dessiner les formes complètes des champs. Autrement dit, j’ai interpolé, j’ai estimé la localisation des points manquants entre les points mesurés.

Les seuils d’exposition acceptables aux champs électromagnétiques sont, disons, controversés

Les seuils officiels d’exposition acceptable sont très variables entre les pays. Comparé aux valeurs officielles, ceux que j’ai retenus, dans la notice du détecteur, sont relativement bas. Mais certains auteurs conseillent des seuils encore plus bas, comme les biologistes du bâtiment (PDF en anglais), en s’appuyant sur des publications scientifiques.


Vous avez apprécié cet article ?

Super ! Alors, vous aimerez peut-être aussi voir comment trouver des lieux faiblement exposés aux ondes électromagnétiques dans une ville.

Vous souhaitez suivre mes explorations ?

Chaque dimanche, j’envoie Mésange.

Mésange est une newsletter éphémère, une série de 26 lettres, que j’écris d’octobre 2022 à mars 2023.

Chaque lettre est une histoire courte de 5-10 min de lecture, où je raconte l’une de mes explorations sur la permaculture, la nature, l’artisanat, l’autonomie, la psychologie, la philosophie, les mystères de la vie… J’écris méticuleusement chaque histoire pour vous offrir inspiration, joie, sagesse !

Quelle sera l’histoire de dimanche prochain ? Je vous invite à vous inscrire à ma newsletter ci-dessous pour la découvrir… ;-)

Lettre gratuite, tous les dimanches, 150+ abonnées et abonnés, désabonnement en 2 clics. Bien sûr, je ne partage pas votre adresse email. Vous pouvez jeter un œil à mes anciennes newsletters avant de vous inscrire.

Lénaïc Pardon
Lénaïc Pardon

Je suis une sorte de chercheur-explorateur. Je suis français, introverti et hypersensible. Je donne beaucoup de valeur à la liberté, la créativité et l’altruisme. Je suis curieux sur à peu près tout, mais j’ai une préférence pour les sujets autour de la sobriété volontaire : permaculture, nature, artisanat, autonomie, philosophie, les mystères de la vie… Plus de détails sur mon travail et ma trajectoire >